La Vie et rien d'autre de Bertrand Tavernier
Etienne George- Little Bear- Hachette Premiere et Cie- Films A2- Tamasa Distribution- Netflix

Bertrand Tavernier, Philippe Noiret et Sabine Azéma sont à l’honneur ce soir de Place au cinéma, présenté par Dominique Besnehard sur France 5.

Un film inspiré par un livre de Didier Daeninckx

La Vie et rien d’autre met en scène le romanesque et passionnel face- à- face entre un Commandant chargé de trouver après la Première Guerre Mondiale le poilu qui sera le soldat inconnu enterré sous l’Arc de Triomphe et une femme en quête désespérée de son mari disparu dans les tranchées. Si Bertrand Tavernier en écrit le scénario avec Jean Cosmos (pour leur première collaboration avant La Fille de D’Artagnan, Capitaine Conan, Laissez- passer et La Princesse de Montpensier), c’est la lecture du Der des ders de Didier Daeninckx qui en est à l’origine. Paru en 1984 dans la collection Série Noire de Gallimard, celui- ci racontait l’histoire d’un ancien combattant reconverti en détective privé partant à la recherche de proches disparus de ses clients. Curieux devant l’éternel, Tavernier se lança alors avec Cosmos dans des recherches au fil desquelles il va découvrir effaré qu’il existait encore 350 000 disparus non identifiés de la guerre 14- 18, à la fin des années 80. Il tenait alors la colonne vertébrale d’un film.

Un projet difficile à financer

La Vie et rien d’autre attirera plus d’un million et de demi de spectateurs et sera le deuxième plus gros succès de la carrière de Bertrand Tavernier. Mais le cinéaste eut toutes les peines du monde à lui faire voir le jour. Le sujet est pourtant inédit mais les chaînes de télé se défilent, pronostiquant à tort un échec lors d’une diffusion en prime time. Un homme va alors se montrer décisif : René Cleitman qui a alors notamment produit Tenue de soirée et Tandem avant de se lancer dans le Cyrano de Bergerac de Jean- Paul Rappeneau. Il travaille pour la société Hachette dont le PDG d’alors va aller jusqu’à proposer un chèque de la totalité de son contrat à Bertrand Tavernier pour qu'il ne fasse pas le film en lui assurant un bide certain. Mais Tavernier et Cleitman tiendront bon.

Un duo inédit en tête d’affiche

Fanny Ardant était la première comédienne prévue pour camper l’héroïne féminine de La Vie et rien d’autre mais la proximité d’un heureux événement lui fait décliner la proposition. Pour aider au financement, on suggère alors à Bertrand Tavernier de la remplacer par Catherine Deneuve. Mais lui porte son choix sur Sabine Azéma qu’il a déjà dirigée dans Un dimanche à la campagne cinq ans plus tôt, en 1984, avec un César de la meilleure actrice à la clé. Et il forme à l’écran un duo inédit en choisissant face à elle un fidèle parmi ses fidèles : Philippe Noiret pour leur septième collaboration après L'Horloger de Saint- Paul, Que la fête commence, Le Juge et l'assassin, Une semaine de vacances, Coup de torchon et Autour de minuit. Celui- ci y remportera le second César de sa carrière 14 ans après celui du Vieux fusil (face notamment à Gérard Depardieu pour Trop belle pour toi et Michel Blanc pour Monsieur Hire). Et Sabine Azéma sera elle aussi nommée mais verra la Carole Bouquet de Trop belle pour toi remporter le trophée. Philippe Noiret et Sabine Azéma ne tourneront qu’un autre film ensemble : Rossini ! Rossini ! de Mario Monicelli en 1991.