Quand la culture web s'empare d'Occupy Wall Street

22/11/2011 - 10h21
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Mathias Riquier

 

Le mouvement social le plus médiatisé du moment, Occupy Wall Street, commence à déborder dans la sphère culturelle, ce genre de dynamique étant évidemment inspirante pour beaucoup de créatifs, et donc naturellement génératrice d'idées. Si l'art s'est plongé à bras le corps dans ce passionnant vortex, #OWS squatte également Twitter et Facebook, la technologie est utilisée à plein potentiel pour optimiser le déroulement des actions à travers les États-Unis, et ceux qui n'y sont pas se chargent de relayer le mouvement à leur façon, souris à la main. Inutile de tenter de brosser un portait global des initiatives en la matière ou de répertorier la masse hallucinante d'informations qui transite par les réseaux sociaux. La force d'Occupy Wall Street se repère par d'autres détails.

 

 

 

Le policier à la bombe lacrymo, premier mème estampillé OWS

 

Vous l'avez saisi, Occupy Wall Street a depuis longtemps dépassé les frontières géographiques que son patronyme semble imposer, les foyers de protestation touchant également plusieurs grands centres universitaires. Il y a quelques jours, une vidéo a fait le tour des médias en ligne outre-Atlantique : on y voit un policier asperger de bombe lacrymogène une rangée de manifestants pacifiques, assis au milieu d'une allée de l'université de Davis (Californie) et qui refusent visiblement d'évacuer les lieux.

 

Une image assez pénible à regarder en tant que telle, mais un cliché de l'action a pu être détouré proprement, pour en extraire l'image du policier seul, dans une position un peu grotesque, presque sympathique. Le Photoshop game a pu commencer, un mème est né, et beaucoup de plate-formes éditoriales (ici, ) proposent de contribuer au phénomène. Voici quelques extraits talentueux :

 

 

 

 

 

 

 

OWS ? Il y a une application pour ça

 

On va vraiment finir par avoir une application pour tout. Depuis la mi-octobre, il fait bon posséder un smartphone Android lorsqu'on est manifestant : les arrestations abusives, souvent légion dans ce genre de moments de tension entre deux camps, peuvent maintenant être dénoncées. Pour ce faire, téléchargez l'application "I'm Getting Arrested", qui ne laisse donc aucun doute sur son utilité première. Préparez ensuite un message de détresse, que vous enverrez à une liste de contacts préalablement calée. Une fois dans une situation délicate vis-à-vis de la maréchaussée, il vous suffira d'appuyer sur un bouton d'envoi qui préviendra vos camarades de galère de votre mise aux arrêts.

Le développeur, Jason Van Anden, tente de mettre en place une version iPhone, en espérant que l'application pourra passer la phase de filtrage d'Apple, comme Juif ou pas Juif a pu le faire pendant quelques jours... Info complémentaire : sur la dizaine de milliers de personnes qui a téléchargé l'application, Van Anden déclare qu'il ne sait absolument pas si quelqu'un l'utilise ou pas, vu qu'il a installé des barrières de contrôle pour empêcher l'utilisation de données privées par quiconque, y compris lui-même... Comme quoi, la vie privée est encore un concept valable pour quelques développeurs.

 

 

 

Occupy Flash, l'hommage anti-Adobe à OWS

 

Toutes les luttes valent le coup d'être menées... même si elles n'impliquent pas de rassemblement physique. Le mouvement Occupy Flash, dont le nom commence à circuler sur la toile, clame sa filiation avec Occupy Wall Street d'entrée, même si le nom est au final un non-sens (techniquement, c'est un peu compliqué de s'asseoir sur Flash). Cette technologie, mise en place par Adobe qui a réussi à forcer une situation de monopole quasi-exclusif, est régulièrement raillée pour sa désuétude, sa lourdeur et son inefficacité. En l'occurrence, la lutte est plus étrange que celle d'Occupy Wall Street, car elle est gagnée d'avance : Flash est amené à disparaître quoi qu'il en soit, remplacé par le HTML5. Les leaders du mouvement ont une réponse toute trouvée à ce potentiel non-sens dans leur démarche : "[...] tant que le logiciel est installé sur les machines, il y aura des décideurs pour rendre son utilisation obligatoire, il y aura un besoin de support, le plug-in continuera à vivre et des gars continueront à développer dessus.". Rayer la présence de Flash sur le Web, en dénonçant une hégémonie libérale d'une entreprise imposant un système qui ne convient plus à personne, le lien est assez évident. Bientôt un Occupy Internet Explorer ?

On peut évidemment rappeler l'existence du tumblelog Hot Chicks Of Occupy Wall Street, l'influence qu'a pu avoir le mouvement dans le monde du jeu vidéo, le nombre de pages et de groupes Facebook estampillés "Occupy", le hashtag #OWS, la récupération du mouvement par Anonymous... Quelqu'un a dit que ça s'essouflait ?

- via, via -

 

Par Mathias Riquier
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Vidéo : une rencontre Tinder qui tourne mal
    • Un amateur parodie les photos de stars féminines
    • Des figures de la pop culture transformées en Simpson
    • Captain America noir, Thor en femme : quand les personnages de comics suivent l'évolution de la société
    • Spike Lee rend hommage à Eric Garner, mort comme dans Do The Right Thing
    • Notre Amour de Morrissey n’est plus ce qu’il était
    • Vidéo : Rattle, une autre histoire de la violence
    Les Derniers Tweets de Fluctuat