Frenchrevolution : que revendique-t-on au fait ?

26/05/2011 - 17h27
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Virginie Beernaert

 

Si les protagonistes du printemps arabe luttaient chacun contre un ennemi physique explicitement féroce à déloger - leurs dictateurs respectifs -, les indignados européens luttent contre un ennemi autrement plus caché : un système que contrôle le pouvoir politico-financier, pouvoir sans tête, latent et invisible par principe.

 

Seulement armés de leur indignation inspirée de Stéphane Hessel, leur problème est complexe : critiquant la main mise des marchés financiers sur les décisions économiques des états, ils contestent des institutions échappant en large partie (FMI, Commission Européenne) ou totalement (les marchés financiers, les banques) à la souveraineté des peuples. C'est sans doute ce qui explique leur programme de revendications inégales mais pourtant pas inintéressantes. Passage en revue de ce que veulent les contestataires.

 

1. Une "réforme de la Loi Electorale pour que toutes les voix aient la même valeur"

 

Ce qu'ils dénoncent : en apparence mystérieuse (les voix n'ont-elles pas déjà toute la même valeur qu'on soit un homme ou une femme, puissant ou misérable ?), cette revendication tend en fait à faire disparaître le bipartisme, en allant vers des élections aux résultats proportionnels, qui garantiraient ainsi l'expression de toutes les opinions. Les manifestent exigent aussi en toile de fond que les partis retirent de leurs listes les candidats les plus compromis dans des scandales de corruption.

 

Ce qui existe : en France, le scrutin est uninominal à deux tours. Les citoyens votent pour un candidat qui doit être un des deux "meilleurs" pour accéder au second tour où il doit alors obtenir la majorité absolue pour être élu. Ce mode de scrutin conduit a des alliances entre les deux tours qui lissent les dissensions politiques. Ceux qui n'en font pas sont privés de représentation. Le vote proportionnel permettrait à chaque parti (même les micro-partis) d'être représentés ; c'est un système où il s'agit moins de voter pour un homme que pour un parti ou un programme. Seulement sa mise en place reste extrêmement compliquée pour des raisons de calcul de la proportionnalité justement.

 

Qui le propose ? Certainement pas le think tank Terra Nova qui cherche à renforcer le bipartisme en supprimant toutes les candidatures « hors système », pas plus qu'un micro parti comme Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan, qui pourrait pourtant trouver son compte dans la proportionnelle. En revanche, Marine Le Pen rappelle que le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple exige le respect et la juste représentation dans les institutions politiques de tous les Français et des formations politiques qui les représentent et considère que cette exigence de démocratie passe par l'instauration de la proportionnelle intégrale.

 

 

 

 

 

2. "L'établissement de mécanismes de démocratie directe, tant à l'échelle nationale qu'européenne"

 

Ce qu'ils dénoncent : la perte de la souveraineté du peuple citoyen. Ils constatent en effet que ni les dirigeants du FMI, de la Banque mondiale, ni ceux de l'OCDE, de l'OMC ou encore des banques centrales, dont les décisions ont pourtant un fort impact sur la vie des populations, ne sont élus par elles. Ainsi les citoyens ne voteraient plus que pour des représentants sans pouvoir.

 

Ce qui existe : à l'échelle nationale, ça, c'est-à-dire un système en grande partie représentatif. A l'échelle européenne, les citoyens votent seulement pour le Parlement, qui partage ses pouvoirs législatifs avec le Conseil de l'Union Européenne.

 

Qui le propose ? Ceux qui pensent que la démocratie représentative dépolitise le citoyen, c'est-à-dire essentiellement des intellectuels. Le site d'Alain SoralEgalité et Réconciliation et l'association Attac arrivent aux mêmes conclusions sans proposer de moyens pour récupérer la souveraineté. Quelques socialistes arrivent aussi au même constat, mais se contentent d'en accuser la politique de Nicolas Sarkozy, tout en prévenant du danger d'"une démocratie directe ou d'une captation aristocratique des décisions." Cette prise de position est symptomatique du paysage politique qui dénonce l'abstention, sans toutefois oser tenter de nouveaux modes électoraux.

 

Le Front National se démarque de la classe politique en proposant "un grand référendum par an pourrait être organisé sur les orientations essentielles pour l'avenir de notre pays et de notre peuple" (réponse à Helder, dans l'article en lien).

 

 

 

3. La "création d'une Loi de Responsabilité Politique"

 

Ce qu'ils dénoncent : la corruption des politiques, particulièrement mise en valeur par les conflits d'intérêt de l'Affaire Woerth-Bettencourt.

 

Ce qui existe :  La loi (n°2007-1598) du 13 novembre 2007 relative à la lutte contre la corruption. Cette mise à jour de 2007 permet de réprimer "le trafic d'influence", c'est-à-dire le fait de monnayer l'influence d'un intermédiaire, pour obtenir un avantage d'un agent public exerçant dans une organisation internationale. La loi sanctionne aussi bien la tentative de corruption ou de trafic d'influence que sa réussite, et prévoit des peines spécifiques envers les commanditaires comme les bénéficiaires. Elle prévoit des peines spécifiques pour les actes de corruption commis dans le monde du travail. Seulement rien n'est prévu particulièrement contre la corruption politique et l'action de lobbying n'est toujours pas reconnu législativement.

 

Qui le propose ? Les partis de la "droite des valeurs", c'est-à-dire Debout la République et le Fn qui oeuvrent pour une politique des mains propres et proposeraient l'inéligibilité en cas d'affaire de corruption.

 

 

 

4. Une "augmentation de la transparence au sein de l'Administration, publicité de toute information sur les dépenses publiques"

 

Ce qui existe : les rapports de la Cour des Comptes, une juridiction financière qui avertit le gouvernement, le Parlement et l'opinion publique sur l'état des comptes de l'Etat. Pour 2010, la Cour estime que le compte général de l'Etat en 2010 "est régulier et sincère et donne une image fidèle de la situation financière et du patrimoine de l'Etat ", même si elle enregistre un déficit historique. Le problème de ces rapports c'est qu'ils sont peu accessibles et nécessitent des médiateurs neutres qui décryptent et dégagent les points essentiels.

 

Qui le propose ? Les Maquizards, un groupe émergent de hauts fonctionnaires anonymes, qui veulent "mettre sur la place publique ce que les gens du Siècle se disent entre eux, mais qu'ils n'oseront jamais écrire dans leurs papiers, ou dire dans leurs communications."

 

 

 

5. La "défense de services publics et de qualité"

 

Ce qu'ils dénoncent : le sabotage des services publics pour justifier leur privatisation. Le Pr André Grimaldi l'expliquait déjà, indépendamment de la french revolution, au niveau du milieu hospitalier : l'Etat a fait entrer le service public dans "une logique gestionnaire", ce'st-à-dire de rentabilité. Il diminue son soutien financier aux services publics, sans que la demande baisse, ce qui entraîne une chute progressive de la qualité qui conduit, à terme, à se tourner vers le privé. Cet extrait du "Cahier de politique économique" n°13 de l'OCDE explicite bien cette logique : "Si l'on diminue les dépenses de fonctionnement, il faut veiller à ne pas diminuer la quantité de service, quitte à ce que la qualité baisse. On peut réduire, par exemple, les crédits de fonctionnement aux écoles et aux universités, mais il serait dangereux de restreindre le nombre d'élèves ou d'étudiants. Les familles réagiront violemment à un refus d'inscription de leurs enfants, mais non à une baisse graduelle de la qualité de l'enseignement."

 

Ce qui existe : un démantèlement progressif des services publics en déficit. Voilà ce que ça donne si on fait un petit état des lieux. Justice : un tribunal sur trois en instance de fermeture, suppression programmée des juges d'instruction ; santé : baisse du remboursement des médicaments à vignette bleue, fermeture d'hopitaux et de services pas assez rentables décidée par la loi "Hôpital, Patients, Santé et Territoires" ; éducation : 16 000 postes d'enseignants supprimés, tandis que le nombre d'élèves augmente.

 

Qui le propose ? La défense du service public est un combat de gauche (du PS au Front de Gauche) mais aussi désormais d'extrême droite.

 

 

 

6. L'"introduction d'une taxe sur les transactions financières internationales"

 

Ce qu'ils dénoncent :  la spéculation et l'hypocrisie de la fiscalisation censée maintenir les grandes entreprises en France. Ce régime fiscal privilégié déjà dénoncé avec l'Affaire Bettencourt s'explique de la manière suivante : en démantelant les frontières, la mondialisation permet aux entreprises de jouer sur deux tableaux. En effet, elles peuvent réclamer un allègement des impôts auxquels elles sont assujetties dans leur pays d'origine, en mettant en avant les faveurs fiscales que des pays moins développés leur offrent. La France a donc créé des niches fiscales qui permettent aux entreprises du CAC 40 d'être taxées aux alentours des 8%. Seulement, selon l'économiste Frédéric Lordon, ces entreprises ne joueraient pas le jeu et engageraient économistes et juristes pour profiter des deux systèmes. Elles échapperaient ainsi au fisc, tout en bénéficiant d'un environnement (infrastructures, formation, etc.) financé par les impôts des autres contribuables.

 

Qui le propose ? Le PCF et le Front de Gauche qui propose la "suppression des exonérations et aides aux entreprises" et l'association Attac qui propose "trois taxes pour maîtriser la spéculation".

 

Tout comme en Espagne, la french revolution ne propose aucune plate-forme revendicative claire (même si des débats se déroulent sur le site Réelle Démocratie) et pourrait bien prôner pour les élections de 2012, soit l'alternance politique soit l'abstentionnisme, alors qu'elle les disqualifie dans ses revendications. Les manifestants iront-ils au bout de leurs idées, tandis que leurs revendications entrent en résonnance avec des idées politiques issues des deux extrêmes -gauche et droite-, qui ont tous les deux en commun de réclamer un retour à une nation souveraine, y compris dans le domaine économique ?

 

[article mis à joue le 27/05/11 grâce au concours de @pseudohere)

 

Par Virginie Beernaert
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Les illustrations de livres anciens s'animent en GIF
    • Si les bouteilles d’alcool disaient la vérité
    • Instagram : les incroyables armes saisies dans les aéroports US
    • Des œuvres d'art dans des pièces moches
    • Quand George Orwell faisait la critique de Mein Kampf
    • Breaking Bad et Julia Louis-Dreyfus pour une pub Audi
    • "Le procès Céline", un captivant documentaire ranime le débat sur l'écrivain
    Les Derniers Tweets de Fluctuat