Les textes les plus invraisemblables du rap français

14/02/2012 - 16h02
  • Partager sur :
  • 4

Quand on parle du rap français, on a vite fait de tomber au mieux dans les lieux communs (ces gens sont stupides et ne savent pas écrire, pour faire court), au pire dans un énième débat sur la violence de cette musique. En tout cas, il est rare que l'on retienne l'humour (ou les tentatives d'humour) de certains textes. Pourtant, les exemples sont légions, parmi de nombreux artistes de tous bords. La preuve par 20, avec une liste non-exhaustive des rimes les plus atypiques que les MC's de l'hexagone ont offert à la langue de Molière, consciemment ou non.

"Frotte tes couilles contre un mur, ça doit faire des étincelles" Rohff, "Que pour les vrais"

Rohff a toujours eu une vision très personnelle de la fonction des attributs masculins. En témoigne les brillants "je porte mes couilles en guise de bling bling" ("Testament") ou encore "on dégoupille nos couilles et les jette sur nos ennemis" ("94 Mentale"). Ici, il se veut plus pédagogue et trouve une façon originale d'indiquer aux adolescents le passage à l'âge adulte. Tu seras un homme, mon fils.

"Si Nico met sa femme enceinte, allons éventrer Carla" Abis, "Quartier Hallam"

D'une manière générale, le rap a rarement été tendre avec le président de la République en activité, quel qu'il soit. Mais depuis la médiatisation de certains aspects de la vie privée de Nicolas Sarkozy, les artistes ont tendance à s'accorder plus de familiarités, notamment vis-à-vis de la Première Dame. Si l'ancienne avait pu subir quelques gentilles taquineries ("plus personne se comprend, la vie est devenue un film chinois sans sous-titre, c'est fou, imagine Bernadette Chirac sans soutif ", rappait ainsi Mokobe), ce n'est rien comparé à aujourd'hui. En l'occurrence, Abis improvise un nouveau mode d'avortement révolutionnaire qui fleure bon le système D et l'époque féodale. Notons également que cette rime date de 2009, on peut donc clairement dire qu'on a affaire à un visionnaire.

"Même le fils de Nicolas Sarkozy kiffe trop ma saloperie, je suis un pyromane scatophile" Al K-pote,"Bande de putes"

Le saviez-vous ? Enflammer ses pets est un bon moyen d'infiltrer les hautes sphères de notre société. L'inénarrable Al K-pote est un forcené de la rime multisyllabique, reposant sur des assonances répétées au maximum (ici par exemple : i-o-a-a-o-i). Évidemment, cet excès dans la forme s'accompagne bien souvent d'un joyeux n'importe quoi au niveau du fond qui entraîne les déclarations les plus saugrenues. On passe donc de la jeune progéniture du chef d'état supposée fan de rap à un portrait imagé de l'auteur de ces rimes, qui se vante à sa façon de "foutre la merde" et "mettre le feu" partout où il passe. Ou quelque chose comme ça.

"Je te tiens, je te traîne, par la barbichette. Le premier qui pleure, on le noie dans la tartiflette" Seth Gueko,"Ma Couillasse"

Seth n'a peut-être pas bien compris le principe du jeu de la barbichette, mais jamais la gastronomie française n'aura connu un hommage aussi vibrant dans le rap français. C'est là qu'on voit que l'aspect beauf franchouillard totalement assumé par l'auto proclamé "fils caché de Jacques Mesrines" est un atout.

"Je te mystifie comme un Twix" Freeman, "Un bon son brut pour les truands"

Ceci est un appel à témoin : si quelqu'un, quelque part, a une idée de ce que l'ex-membre du groupe IAM voulait dire, toute suggestion est la bienvenue. Ça va faire bientôt quinze ans que tout le monde a jeté l'éponge, et l'intéressé ne semble pas décidé à nous éclairer.

"Y'a pas de gangsters dans les studios, y'a que des grandes gueules, il me manque une phrase en « eule »" Doc Gynéco,"Affairesde famille"

Parce qu'à une lointaine époque, Gynéco était le plus cool et décontracté des rappeurs. C'est typiquement le style de lyrics qui lui ont donné son côté décalé par rapport au reste du rap de l'époque, majoritairement très sérieux. Plus objectivement, on peut simplement penser que Bruno Beausir n'avait réellement pas de rime en "eule" sous la main et ne voulait pas spécialement en chercher non plus.

"Me montre pas du doigt ou c'est la machette, tu vas faire du tam-tam avec le coude" Escobar Macson, "Introçonneuse"

C'est quand même très classe d'arriver à menacer quelqu'un d'une amputation imminente tout en restant poétique. Très marqué par les films d'horreur, dont certains extraits audios lui servent souvent d'introduction, d'interlude et de conclusion à ses morceaux les plus crus, Escobar a développé toute une esthétique très tournée vers le gore. Mais il aime malgré tout imager ses textes : ici, la fin de la phrase, très visuelle, laisse à l'auditeur le soin d'imaginer le pauvre bougre devenu manchot tenter de faire du tam-tam avec son moignon. Sympa.

"Coeur brisé, cul cassé, salue bien ton crustacé" Booba, "Pourvu qu'elles m'aiment"

Booba sait rester romantique même lors de la rupture. À sa façon bien à lui, mais saluons l'effort. Tout ce qui caractérise le cliché du coup d'un soir est résumé en une sainte trinité lapidaire. Jeune femme déçue et malheureuse, partie de jambes en l'air plutôt intense, et une dédicace à ses parties intimes assez inattendue et quelque peu inexacte : la moule n'est pas exactement un crustacé, mais plutôt un mollusque, bien que leur proximité renforce ce type d'erreur.

"Je suis pas cool, je suis même méchant, moche, et encore méchant, et encore plus moche que la première fois que je l'ai dit !" Oxmo Puccino, "Oxmo vs Zoxea"

Humour et mise en abyme, le rap français, c'est aussi ça. Dans ce clash "pour rire", écrit et enregistré en accord avec son adversaire Zoxea, Oxmo doit faire de son mieux pour se mettre en avant, tout en faisant la part belle à l'ironie. Cet enchaînement avec la pirouette de fin, qui place le rappeur en auditeur de son propre texte pour mieux instaurer une distance comique, représente parfaitement cet état d'esprit.

"Celle du 10 ressemble à Liz Taylor : une vieille qui trompe son mari avec, euh... bref, la liste est longue" Nakk, "La Tour 20"

Niveau personnages hauts en couleur, la plupart des résidents de cette barre d'immeuble n'a rien à envier aux locataires de "Dans Mon HLM" de Renaud. Le ton du morceau est d'ailleurs le même : Nakk fait le tour de son bâtiment et s'amuse de tout ce qu'il y voit.

"Tu sais, bosser souvent est une chose honorable, alors attaque tout doucement : commence par le Scrabble" Casey, "Apprends à te taire"

Le rap c'est comme le vélo, c'est mieux d'y aller par étapes, suivez le guide, ou gare à la chute. Bien que peu de gens retiennent cette caractéristique, de nombreux acteurs de cette musique cultivent un amour du verbe qui va jusqu'au point où les mauvais textes deviennent la cible de moqueries plus ou moins agressives. Casey, plutôt réputée pour ses textes, fait partie de ceux-là.

"T'as rien à faire sur Terre, gars, tu ne fais que te pavaner / ta mère aurait dû mettre une capote, ou t'avaler" Dany Dan, "Le pape de Boulogne"

Ou comment rendre le contrôle des naissances plus attractif pour une jeunesse en perdition. Jamais avare quand il s'agit de partager son expérience, Dany ne s'arrête pas là et décline également son savoir-faire en boîte de nuit : "je leur paye pas de verre, elles boivent la capote". Une astuce bien utile pour éviter les additions trop salées au bar.

"Fouiny Babe a Free, il a tout compris" La Fouine, "C'est ça l'thème")

Dans ce morceau, La Fouine accumule les formules chocs totalement absurdes, qu'elles soient de son propre cru ("on a des disques d'or, ils ont des disques durs", "or noir, or blanc : Omar et Fred", " ils ont des hot dogs, j'ai des chiennes chaudes") ou comme ici, détournées de slogans publicitaires. Résultat : La Fouine (Fouiny Babe étant son surnom) et Rodolphe, même combat. Celle-là on ne l'avait pas vue venir.

"La vie est une banque ou une jambe ; je mets la tête dans le collant" Aelpeacha, "String-Volant"

Une association d'idées dont seuls les rappeurs de notre beau pays ont le secret. Dans la vie, il faut foncer, c'est ce que nous dit Aelpeacha avec sa verve inimitable. Si c'est une banque : on rentre avec un collant sur la tête et on la braque. Si c'est une femme (on notera l'habile synecdoque qui remplace l'heureuse élue par un de ses membres inférieurs), on rentre dans son collant et... enfin vous imaginez la suite.

"Mon vocabulaire populaire pollue l'air, comme Muller, fallait pas l'inviter" Expression Direkt, "Rekt Di")

Entre la série Bref et la défunte chronique Fallait pas l'inviter de Michel Muller à Nulle Part Ailleurs, ces gentils garçons ont fait leur choix. On peut penser que le sketch "mets ta tête dedans" (les connaisseurs comprendront) et d'autres ouvertement trash n'y sont pas étrangers.

"Le son t'achève (hey !), danse comme un cheval" Sefyu,"Molotov 4"

Si vous n'avez jamais vu de dance floor en milieu équestre, vous passez apparemment à côté de beaucoup de choses. Dans ce morceau Sefyu pousse l'art du gimmick (tic de langage ou simple onomatopée répétée jusqu'à l'overdose, ici ce sera une prononciation déformée de chaque fin de mot pour qu'elle rime avec les autres) à son paroxysme. Quitte à, sans surprise, débiter des phrases qui n'ont absolument aucun sens. Rappelons que c'est avec ce morceau que le rappeur s'est présenté aux Victoires de la Musique.

"Quand je vois une belle fille, je lui montre mes parties génitales ; elle part en courant et dit que je suis pas normal. Et ça, c'est pas normal" Freko, "Ils disent que c'est grave"

Toute l'habileté de cette phrase tient dans son ambiguïté : qu'est-ce que la jeune femme ne trouve pas normal au juste ? Le fait de tomber sur un exhibitionniste en pleine rue ? Ou l'anatomie même de cet individu ? C'est ce qu'on appelle le flou artistique. Rappelons à tout hasard que l'homme, qui avoue sans complexe avoir fait quelques séjours en hôpital psychiatrique, avait déjà écrit "Heureusement que je rappe, sinon je serais encore puceau".

"Cuisine de chez moi : Tieboudien ou Yassa, pas de poissons panés, purée ou petits pois"Alpha 5.20, "Enlève tes pessas 2"

Le choc des civilisations version culinaire, un phénomène dont on ne parle pas assez. Ici Alpha 5.20 développe une thèse toute personnelle selon laquelle, une fois en Europe, l'Africain lambda doit coûte que coûte refuser la gastronomie locale et ses plats qui "adoucissent les négros, puis les rendent faiblards". A l'inverse, le Tieboudien et le Yassa (plats typiques sénégalais) permettront de garder son intégrité physique et morale.

"J'accepte pas de perdre comme Raphaël, je pêche le requin à la main, pas à la ficelle" Demon One, "Honneur aux dames"

Contexte : on est en 2005, et l'émission de télé-réalité Koh-Lanta connaît un certain succès. Demon One n'y a pas échappé, et a été marqué par les exploits de Raphaël, légendaire candidat qui a durant un épisode pêché un requin à mains nues, aidé d'une simple ficelle. Sachant que les autres candidats ont ensuite tout mangé sans rien lui laisser et qu'à l'issue de la saison il a fini seulement à la deuxième place, Demon One a voulu rendre hommage à ce héros oublié de l'histoire, tout en s'en démarquant.

"J'ai pas sifflé ton compte en banque alors que j'avais le code, je suis tellement cool que je peux remettre le PS à la mode" Driver, "Un mec cool"

Message à François Hollande : on a trouvé son nouveau directeur de campagne. Durant tout son morceau, Driver renverse tous les clichés du gangsta-rap, qui sont selon lui passés de mode, et surtout, ne plaisent pas aux femmes d'aujourd'hui. Il s'efforce donc d'expliquer à quel point il est gentil et respectable. La seconde partie de la phrase enfonce le clou puisque le rappeur se vante de pouvoir rendre cool ce qui est pour lui l'incarnation absolue de la ringardise : un parti politique de gauche français.

Voir aussi- Mode d'emploi pour réussir sa battle rap- Le Rapasutra, le rap dans tous ses ébats- L'histoire du hip-hop en looks

Par Yerim Sar
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
Vous savez chui degouter de tout ses rappeur qui se prennent pour les meilleur pour des clasheur mais quand ont ouvre les yeux ont vois que des changement de vois trucage , et mensonge come lafouiine !
  • 4
  • 2
Anonyme | le 11/10/2013 à 22h31 | Signaler un abus
Votre réponse...
celui qui a écrit s'putain de ramassis de conneries pures ne connait rien à la culture hip hop et au rap ! De plus c'est facile de citer une punchline qui est souvent incomplète et qui je te l'accorde ma aucun sens sans le reste de la chanson ! et pour finir traiter des gens de je cite "ces gens sont stupides et ne savent pas écrire, pour faire court" et un peu facile et mal placée venant d'une personne qui n'a aucun statut spécial pour juger les gens au premier coup d'oeil !
  • 2
  • 1
Anonyme | le 16/03/2013 à 23h17 | Signaler un abus
Votre réponse...
Vous savez Pour inventez une chanson ils faux dire se que vous ressenté Ils faus que sa parle de se que beaucoup de gens ressentent la meme chose un bon rythme un groupe des instrument une chaine youtube un producteur est tu reussi ;)
  • 1
  • 0
Anonyme | le 11/10/2013 à 22h30 | Signaler un abus
Votre réponse...
lourd la zephaaaaaaaaaaaaa d'abis !!
  • 0
  • 0
Anonyme | le 29/01/2014 à 00h27 | Signaler un abus
Votre réponse...
Toutes les rubriques
  • Cinéma
  • /
  • Société
  • /
  • Livres
  • /
  • Télé
  • /
  • Musique
  • /
  • Expos
  • /
  • Photos
  • /
  • Forum
articles les + lus
  • Le pire chirurgien du monde en jeu vidéo
  • Larry Smith : dernier témoignage d’une pièce maitresse de l’histoire du hip-hop
  • Les cinémagraphes minimalistes de Julien Douvier
  • Un spot illustre les performances de la nouvelle GoPro
  • Poème d'actu #35 : De McCarthy à la FIAC, défense de l'art contemporain
  • "La nuit américaine d'Angélique", un court-métrage d'animation en hommage François Truffaut
  • The Flaming Lips rendent un colossal hommage au Sgt. Pepper’s des Beatles
Les Derniers Tweets de Fluctuat