Le mystère Chris Isaak : pourquoi il n'est jamais tout pourri ?

28/02/2012 - 10h42
  • Partager sur :
  • 3

 

Etrange personnage que ce Christopher Joseph Isaak dit Chris. Natif de Stockton qui donna au monde des stars aussi disparates que talentueuses (Pavement, par exemple), Chris Isaak reprend ces derniers jours sur deux longs disques (un double album, pensez-vous, ce format disparu des bacs pour cause de crise du disque) les standards de la prestigieuse maison Sun Records qui abrita en son temps des artistes tels qu' Elvis Presley, Carl Perkins ou Jerry Lee Lewis.

 

Beyond The Sun est un album qui chanté par n'importe qui d'autre aurait tiré des sourires cruels. Pensez-vous ça : de vieux standards des années 50, chantés à l'ancienne sur des rythmes rock primitifs passés à la moulinette FM (entendons de manière décente mais pas envahissante). Sauf que.... Sauf que Chris Isaak chante comme un jeune homme... sauf que Chris Isaak est tout sauf ridicule ici et réussit souvent des versions qui, bien que parfois anecdotiques et sans comparaison avec l'énergie des originaux, ont une certaine classe. Qu'est-ce qui peut faire qu'on accroche à ce truc d'une autre époque ?

 

Chris Isaak justement, 56 ans cette année, fils d'une employée d'usine de chips et d'un conducteur de grue, Chris Isaak né d'un père allemand américain et d'une mère italienne. Chris Isaak encore, photographié par le légendaire Bruce Weber en son temps, chanteur crooner qui n'a pas vieilli d'une cellule depuis son arrivée en musique au milieu des années 80, l'homme qui a chanté "Blue Velvet" et fait l'acteur chez Lynch ou Bertolucci. Ce mec est un mystère, une histoire de l'Amérique qui vient de loin, un sphinx à sa façon qui arbore une banane et une coupe à faire mourir d'envie Morrissey. Il y a eu des dizaines de gars qui se sont fait appeler "The Voice" depuis Sinatra mais c'est sans doute Isaak qui dans un registre fait de discrétion, de modestie et d'application mérite la palme. Qui aurait donné un kopeck pour une version de "Miss Pearl" ? Celle d'Isaak est somptueuse. "Can't Help Falling In Love" est une chanson qui tient debout toute seule et qui serait merveilleuse même chantée par un chien. Isaak se met à son service avec talent. On pourrait toutes les citer : "How's The World Treating You", magnifique, "She's not you", itou, "My Happiness", rebelote, cela ne peut pas être un hasard. Question d'oreille, on fond plutôt pour les titres croonés que pour le rockab, mais notre goût n'est pas exclusif. Il y a des titres tarte à la crème ("Pretty Woman") et d'autres qui valent le coup d'être redécouverts ("Lovely Loretta", "I'm Gonna Sit Right Down and Cry" d'Elvis tout de même). Le King prend une place importante sur cet album et s'est évidemment à sa présence qu'Isaak nous invite à réfléchir ici. Isaak est un peu plus qu'un clone d'Elvis, c'est une sorte de version 2.0 d'un Elvis qui aurait dépassé son prototype d'origine (remarquable et brutal) pour se changer en une version de musée, cultivée, installée dans son chant et apaisée mais PAS DUPE.C'est peut-être là que repose le mystère de la séduction du crooner : cette connaissance du rock qu'on sent dans sa voix et dans sa coupe, sa profondeur vocale et métaphysique qui creuse un trou, sur chaque syllabe, dans la glace des musiques contemporaines pour communiquer, en shaman, avec l'Histoire du genre. Isaak est beau, désincarné, c'est un passeur, un fantôme, une voix venue du passé et qui ne vit pas vraiment aujourd'hui. On ne sera pas étonné qu'il termine par son meilleur morceau, "That Lucky Old Sun", cette histoire d'un type sans le sou qui s'adresse au soleil et à Dieu pour leur demander de l'aide. Mais cet enfoiré de soleil s'en fout et passe son temps à ne rien faire. C'est exactement ce qu'on pense de Chris Isaak. C'est un dandy solaire qui fait ça pour nous en mettre plein la vue, pas pour la frime, mais parce ce que, comme le soleil, c'est ce qui est prévu.  

 

 

Chris Isaak - Cant Help Falling In Love

Par Benjamin Berton
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
...bon....que Chris Isaak chante ses propres chansons !!! personne ne pourra jamais égaler la voix magique d'ELVIS PRESLEY !!!!!
  • 0
  • 1
Anonyme | le 27/04/2013 à 15h55 | Signaler un abus
Votre réponse...
Je suis en train de m'user les doigts sur Wicked Game à la guitare et je tombe sur votre article. Bel hommage, bien écrit et tout. Et je pense la même chose... en un mot : Rock'n roll ! Avec en plus la nostalgie de l'ado que j'étais se caissant la voix sur Blue Hotel ou Lie To Me... Le bon temps...
  • 0
  • 0
Anonyme | le 14/03/2013 à 20h12 | Signaler un abus
Votre réponse...
J'aime, j'aime j'aime !!! une voix qui donne la chair de poule et un physique !!! le plus bel homme, le plus sexy à mon goût (avec Kurt Russel ,ils se ressemblent d'ailleurs) il est l'image telle qu'on se fait du cow boy , à écouter en boucle sans modération, rien à jeter dans tout ce qu'il a fait, l'homme idéal existerait donc ?
  • 0
  • 0
Anonyme | le 09/03/2013 à 09h14 | Signaler un abus
Votre réponse...
Toutes les rubriques
  • Cinéma
  • /
  • Société
  • /
  • Livres
  • /
  • Télé
  • /
  • Musique
  • /
  • Expos
  • /
  • Photos
  • /
  • Forum
articles les + lus
  • La légalisation du cannabis aux États-Unis en une infographie
  • "Supervénus" : un court-métrage d'animation gore brocarde l'idéal féminin moderne
  • Les courts-métrages de fin d'année de l'école des Gobelins
  • Des meubles IKEA dénichés dans des tableaux classiques
  • Poème d'actu #29 : Les #CroisonsLes de Guillaume TC
  • Tony Allen et Damon Albarn mettent des images sur «Go Back »
  • Des photographies d'archives s'animent en GIF étranges
Les Derniers Tweets de Fluctuat