Fin de party pour Institubes

18/03/2011 - 10h11
  • Partager sur :
  • 0

 

Institubes n'est plus. L'info est tombée avant-hier sans préavis. Même si le label pouvait sembler moins actif qu'il y a quelques années, on était loin d'imaginer que l'histoire s'arrêterait si brusquement. Au bout de 8 ans d'activité, Institubes qui a contribué à remettre la France au coeur de la scène électronique après l'indigestion French Touch de la fin des années 90, a donc mis la clé sous la porte.

 

Mardi, début de matinée, Jean-René Etienne & Emile Shahid, tous deux fondateurs du label aux côtés de Teki Latex et Tacteel (respectivement rappeur et producteur de TTC), ont diffusé un communiqué dressant un état des lieux pour le moins pessimiste du marché de la musique.

 

"Notre économie culturelle actuelle n'est pas saine. Les habitudes de consommations déconnent. Je ne vous apprendrai rien en disant que la musique est dévaluée. Pas seulement parceque nous ne vendons plus rien (et même quand nous le faisons c'est dur de luttter contre le sentiment que nous vendons quelque chose qui devrait être gratuit), mais aussi parceque les titres atteignent leur potentiel maximum plus rapidememnt qu'un mème Tumblr. Actuellement, la musique est partout mais en seconde, troisième, voire dixième position derrière d'autres intérêts culturels : la mode, Apple, les jeux-vidéos, les gadgets, les médias sociaux, etc. Et j'imagine que c'est cool. Mais je ne ne veux pas être qu'un objet de mode".

 

Avec Ed Banger, Institubes a été le label qui a réussi à redonner un coup de fouet à une musique électronique qui ne semblait plus que jurer par la scène allemande et la minimale. Difficile de faire une synthèse de ces huit années. On retiendra, entre autres, la sortie du premier album de Para One, , avec ses titres techno vrillés ("Dudun-Dun", "Clubhoppn"), ou bien Surkin et ses morceaux revisitant les plus belles heures des hymnes house de Detroit et Chicago (comment ne pas penser au projet Inner City de Kevin Saunderson en écoutant "White Knight Two"). Mais on a tendance à l'oublier, le label donna aussi dans le hip hop expérimental à ses débuts, avec l'Atelier, et son Buffet des Anciens Elèves.

L'Atelier - La Ville en Juin

 

Surkin - White Knight Two

C'est donc un élément majeur de la musique made in France qui plie bagage, parfaite illustration d'un secteur en grande difficulté depuis de nombreuses années maintenant. Cela ne semble pas pour autant effrayer ses acteurs puisque Marble, nouveau projet monté par Surkin, Bobmo, et Para One sur les ruines encore fumantes du label, est né quelques heures après la fin d'Institubes. La structure devrait donc accueillir l'album de Surkin (annoncé depuis bien trois ans maintenant) ainsi que les sorties des anciens collègues de label comme Teki Latex ou Das Glow. En espérant que le petit nouveau apportera autant que son aîné.  

 

Voir aussi :- Warp réédite 5 ep d'Autechre- Hercules and Love Affair, hommage à la culture club dans le clip "My House"

 

Par Pierre
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Kim Dotcom est ruiné : la chute d'un géant de l'Internet
    • L'art au cinéma et dans les séries TV en 10 moments-clés
    • L'élégance parlementaire : l'Assemblée nationale en 10 fautes de goût vestimentaire
    • Performance au Palais de Tokyo : il trouve une aiguille dans une botte de foin
    • "Pommes Frites" : un court-métrage grinçant sur Halloween en stop-motion
    • Bescherelle ta mère se lance dans la vidéo
    • Des mamies testent le cannabis pour la première fois
    Les Derniers Tweets de Fluctuat