Réputés communistes, les Schtroumpfs seraient aussi nazis

12/05/2011 - 11h40
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Céline Ngi

On l'avait prédit : à l'approche de la sortie du film en 3D Les Schtroumpfs de Raja Gosnell (en août), les débats sur l'interprétation des petits personnages bleus sont largement remis au goût du jour (voir notre notule : Les Schtroumpfs sont-ils communistes ?). Exemple avec Le Petit livre Bleu, essai dans lequel Antoine Buéno, conférencier à l'IEP de Paris et romancier, définit la société des Schtroumpfs comme "un archétype d'utopie totalitaire empreint de stalinisme et de nazisme".

Les indices qui ont guidé Antoine Buéno vers sa théorie ? La blondeur aryenne de la Schtroumpfette. L'épisode des vilains Schtroumpfs noirs (qu'un éditeur américain a d'ailleurs détourné, craignant sans doute de trop évidentes accusations). Il y a aussi les traits de Gargamel, qui peuvent évoquer ceux d'une caricature antisémite,  et le méchant chat qui s'appelle Azraël... Conscients des objections que l'on peut apporter à l'analyse qu'il fait des Schtroumpfs, Buéno a bien pris garde de préciser qu'« une oeuvre peut véhiculer une imagerie que son auteur, de bonne foi, ne cautionne pas (...). Les Schtroumpfs reflèteraient donc plus l'esprit d'une époque que celui de leur créateur ».

 

Une précaution nécessaire. Joint par L'Express, Thierry Culliford, le fils de Peyo (qui a repris la série à partir de 1992 après la mort de son père), a en effet déclaré : « il peut éplucher les albums comme il veut - même si je ne cautionne pas son interprétation, qui se situe entre le grotesque et le pas très sérieux - tant qu'il ne s'attaque pas mon père. »  Car si Peyo, né en 1928, a bien connu l'occupation allemande, il n'en a jamais gardé la nostalgie. D'ailleurs, selon Thierry Culliford, il ne s'intéressait pas le moins du monde à la politique, allant jusqu'à demander à sa femme pour qui il devait voter au moment des élections. Quand au nom donné au chat de Gargamel, Azraël, c'est son ami Ivan Delporte qui l'aurait choisi, comme "un clin d'oeil à son épouse, juive".

 

Thierry Culliford n'a pas lu le Petit Livre bleu, qui paraîtra en juin aux éditions Hors Collection. Mais il vient de publier aux éditions du Lombard le nouvel album des Schtroumpfs, Les Schtroumpfs et l'arbre d'or.

 

Par Céline Ngi
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Un docu sur la 808, la machine qui a redéfini la musique
    • Poème d'actu #35 : De McCarthy à la FIAC, défense de l'art contemporain
    • La DeLorean : une voiture mythique des 80s en 5 clips, de Lil Wayne à Todd Terje
    • Larry Smith : dernier témoignage d’une pièce maitresse de l’histoire du hip-hop
    • L’enfer de la malbouffe vu par Jake et Dinos Chapman
    Les Derniers Tweets de Fluctuat