DSK, une affaire littéraire (2) : ce qu'en feraient Palahniuk, Sollers ou Houllebecq

18/05/2011 - 18h02
  • Partager sur :
  • 0

"dominique strauss-khan, DSK, DSK, il n'y en a que pour ce gros dégueulasse." Impossible de se tenir à l'écart de la grosse vague faits divers qui déferle sur la politique française. Bien malheureux serait celui qui voudrait parler idées, programme et solutions sociales dans un tel pays. Quand les uns se vautrent dans la dépravation socialiste supposée, d'autres ont la pudeur cruelle (et stratégique) de ne pas encore faire la retape de leur bonheur monogame (ah, ah)  fécond. Mais nous ne sommes pas là pour parler commerce, ni bistrot du commerce. Comme toujours, c'est la littérature qui nous appelle. Et parce que l'affaire est par nature le meilleur soap (et hop encore un mot anglais), le meilleur feuilleton (au sens ancien du terme) qu'il nous ait été donné de servir ces dernières années, elle nous commande de lui chercher une fin romanesque. Pourquoi finir me direz-vous ? Tout simplement parce qu'on n'a pas que ça à faire, il faut bien continuer à lire plutôt que de regarder et s'ébahir.

DSK par ci, DSK par là, DSK taulard et DSK queutard, bien malin sera celui qui pourra prédire sous quel rôle et quel masque apparaîtra notre bourgeois méchanthomme lors de sa prochaine présentation au Grand Monde. Plus que quelques jours à tenir, et on aura notre issue littéraire à l'affaire qui a bouleversé Sarcelles, un indice concernant ce qui arrivera après et qu'on suivra sûrement avec un peu moins d'allant qu'au début car le plus beau est passé, le plus cinématographique, le plus esthétique, le plus sexy aussi. Gageons que le reste, à l'image du personnage, ne cassera pas trois pattes à un canard. Dans notre laboratoire moderne, plusieurs écrivains pourraient nous proposer des fins alternatives pour l'affaire en cours. Nous les retranscrivons telles que nous les avons imaginées, imparfaites et incomplètes comme la vie :

 

- Pour John Le Carré : lors de l'audience de vendredi, les avocats chèrement payés de Dominique Strauss Kahn ont réussi à dévoiler le pot aux roses et mis à jour un complot. La victime avoue qu'elle a été appointée par un mystérieux mafieux dont elle donne le nom et aux basques duquel toutes les polices du monde se lancent immédiatement. L'homme est ukrainien, ancien fonctionnaire international mais peut-être relié par d'obscurs réseaux de financement au fond de campagne secret d'Edouard Balladur pendant la campagne présidentielle de 1995. Sarkozy tenait alors la caisse. Evidemment il n'y a aucune preuve. Strauss-Kahn ressort brisé mais blanchi. La thèse du complot est accréditée, terriblement complexe, insondable, sans qu'on puisse jamais prouver quoi que ce soit.

 

- Pour Chuck Palahniuk : Chuck Palahniuk interrompt la rédaction de son prochain roman (ou du prochain prochain) pour nous suggérer une fin à la David Carradine. Emprisonné depuis trois jours, DSK ne sait plus faire face à ses pulsions. Privé de ses lacets, il a l'idée d'utiliser plusieurs spaghettis noués les uns aux autres pour, comme Carradine, se prodiguer une masturbation avec asphyxie. Il noue une corde de pâtes à son cou et à ses testicules, accroche le tout sur le haut de son armoire et meurt par accident le sexe turgescent et emplissant sa main de bonheur. Beurk. Merci Chuck mais non, celle-ci n'est pas recevable.

 

- Pour Bret Easton Ellis et pier paolo pasolini : après avoir touché le fond du fond, à l'image des héros du dernier roman de l'Américain, DSK est touché par la grâce (et violé par un collègue de détention). Comme le Bad Lieutenant de Ferrara ou les bons bourgeois du Théorème de Pasolini, il est totalement transformé par la découverte de l'altérité et n'éprouve plus aucun désir sexuel. Ses pulsions sont transcendées en amour et en foi. Il reçoit Anne Sinclair au parloir et admet qu'il n'aura plus jamais aucun désir pour aucune femme. Son sexe atrophié tombe et se décroche de son corps. DSK tire la chasse sans un remord. Après 12 ans de prison, il est libéré et part pieds nus se jeter dans la mer. Le soleil brille et éclaire son visage où amaigri mais heureux, il écrase une larme cristalline et se noie.

 

- Pour Philippe Sollers: Mais c'est bon sang. DSK avoue sa faute. Il a bien essayé de violer la jeune femme de chambre ghanéenne mais pour la simple et bonne raison qu'il croyait qu'il s'agissait de la call girl déguisée en soubrette qu'il avait commandée à son assistant. Incapable de plaider la méprise, DSK reconnaît qu'il est allé trop loin. Stoïque, il fait des excuses publiques face caméra sur tous les JT de la planète et demande des excuses à Anne Sinclair qui les accepte. En bons bourgeois, ils rentrent chez eux et mènent de nouveau une vie paisible et luxueuse. Ils boivent du thé et ne regardent plus la télévision.

 

- Pour marc levy Romantique marc levy : DSK avoue lors de l'audience de vendredi qu'il aime la femme de chambre ghanéenne et va l'épouser. Celle-ci est touchée par sa confession, retire sa plainte et lui propose de partir pour un voyage autour du monde qui leur fera découvrir la gentillesse des habitants de la planète ainsi que la beauté des paysages terrestres. A son retour, DSK s'est assagi. Ses anciens amis viennent le solliciter pour qu'il occupe à nouveau des fonctions politiques. Il les repousse et s'en retourne à ce qu'il fait de mieux depuis : d'horribles peintures vaguement érotiques qui n'ont d'égales dans la laideur que celles de Pal Sarkozy. Sa femme et lui vivent jusqu'à 127 ans et ont de nombreux enfants.

 

- Pour Michel Houellebecq : voir Chuck Palahniuk. Le collier de pâtes rompt avant la mort de DSK. Il en réchappe et se retrouve le sexe à la main. Par un vice de procédure, il se retrouve libre et seul dans une grande maison du littoral andalou, avec son seul ami, un chien, et entreprend la relecture des oeuvres complètes de Saint Augustin. Il s'ennuie, tire à la carabine sur ses voisins et regarde des films porno sur Internet.

 

Voir aussi : DSK et la femme de chambre, pourquoi l'affaire est littéraire

 

Par Benjamin Berton
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Les illustrations de livres anciens s'animent en GIF
    • Si les bouteilles d’alcool disaient la vérité
    • Instagram : les incroyables armes saisies dans les aéroports US
    • Quand George Orwell faisait la critique de Mein Kampf
    • Des œuvres d'art dans des pièces moches
    • Breaking Bad et Julia Louis-Dreyfus pour une pub Audi
    • L’été des voix bizarres : Peter Murphy, The Antlers, Lana Del Rey et autres monstres chantants
    Les Derniers Tweets de Fluctuat