Bifrost, la revue des mondes imaginaires

23/11/2006 - 12h08
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Maxence

     

    Alors que nous tenons à vous présenter chaque semaine un petit panorama de la science-fiction de qualité (Jeff Noon, William Gibson, Greg Egan, Adam Johnson ou David Calvo), il était impossible pour Millefeuilles de passer à côté de Bifrost. Créer sur une initiative d'Olivier Girard, Bifrost est sans conteste LE meilleur canard consacré à la science-fiction actuellement en activité. Belles bêtes, ce palmipède au format A5, dos carré/collé peut s'enorgueillir de signatures prestigieuses comme celles de Gilles Dumay (actuel directeur de la collection Lune d'Encre de Denoel), André-François Ruaud (des Moutons Electriques), Claude Ecken (sur certains dossiers), Pierre-Paul Durastanti ou Patrick Imbert, l'infatigable animateur de la Salle 101. Le principal intérêt de la revue tient bien sûr dans sa vocation première, la publication régulière de nouvelles ou de novella d'auteurs connus et reconnus, mais aussi de jeunes talents. Ses dossiers auteurs sont également réputés. L'occasion de découvrir en profondeur l'oeuvre des grands écrivains de SF, mais une fois encore, également de certains jeunes espoirs.

    un gros dossier, un peu bavard, de presque une quarantaine de pages consacré à Joëlle Wintrebert, un de nos (trop) rares écrivains de science-fiction de sexe féminin. Trois nouvelles (In the court of the Lizard King (rock'n'roll) de Jacques Barbéri, La Démontable invention du destin (étonnante) de Jeffrey Ford et Hydra (excellente) de Dame Wintrebert "herself". Les plus curieux apprécieront la première partie de Starship Builders , rubrique scientifique de Claude Hecken et Roland Lehoucq. Les Anticipateurs, ou "l'histoire de la SF à travers les âges", consacré aux satiristes, par Frédéric Jaccaud. Sans oublier, Objectif Runes, le coins des critiques : s"ouvent sévères, toujours juste" - ou du moins se voulant comme telle, la subjectivité étant ce qu'elle est, mais c'est ce qu'on aime chez Bifrost - et un panorama des revues par Thomas Day. Globalement moins épatant que le 43 (Dossier Emmanuel Jouanne et surtout magnifique nouvelle d'Alastair Reynolds !) mais là aussi c'est subjectif, cette livraison est tout de même d'une très haute tenue, surtout au niveau critique, où le lecteur curieux trouvera (comme toujours dans Bifrost), les dernières parutions SF & Fantasy, mais aussi des OPNI (Objets Papier Non Identifiés) tels que les livres des éditions Interstices, les romans hilarants de Christopher Moore, ceux de Philip Roth ou de Kasuo Ishiguro, la science-fiction étant à prendre au "sens large" chez Bifrost. Une ouverture d'esprit que l'on aimerait bien voir plus souvent du côté de la littérature dite "générale", "sérieuse" ou "classique" (on peut rêver...)

     

    Bifrost 44, Dossier Joëlle WintrebertEditions Le Bélial, 184 pages, 11 euros.

     

    Par Maxence
    COMMENTAIRES
    Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
      Toutes les rubriques
      • Cinéma
      • /
      • Société
      • /
      • Livres
      • /
      • Télé
      • /
      • Musique
      • /
      • Expos
      • /
      • Photos
      • /
      • Forum
      articles les + lus
      • Malaise : le clip de "Happy" de Pharrell sans la musique
      • Les personnages de sitcoms peuvent-ils payer leur loyer ?
      • Le secret des pyramides enfin révélé dans un amusant court-métrage animé
      • Damon Albarn : son album solo en écoute intégrale
      • Panorama Fail : la réalité distordue en 13 images mutantes
      • Poème d'actu #11 : Qu'est-ce qu'un smicard ?
      • Un court-métrage entièrement composé de post-its
      Les Derniers Tweets de Fluctuat