Bernard Comment Petits changements, grande continuité

07/05/2008 - 14h57
  • Partager sur :
  • 0
Après un passage chez Denoël et France Culture, Bernard Comment a pris la succession de Denis Roche à la tête de "Fiction et Cie" il y a un peu plus de six mois. Petit tour avec le nouveau propriétaire pour voir ce qui a changé et ce qui perdure au sein de la collection la plus classe du Seuil.
L'auteur
Flu'x
    En savoir plus

    - Revenir à l'introduction du dossier "Fiction et Cie"- Lire la chronique de La Nuit Cinéma (Eric Rondepierre)- Lire les mini-chroniques de la collection "Fiction et Cie"Preuves d'un travail de suivi avec les auteurs, depuis la lecture jusqu'à la promotion des titres, les nombreux dossiers s'empilent dans le bureau exigu de Bernard Comment. Dernièrement, la collection s'est rafraîchie avec des noms moins connus, comme celui de Compère-Morel, dont le premier roman, intitulé La Gare centrale, paraîtra à la rentrée. Ce dernier avait simplement envoyé son manuscrit par la poste et trouvé tout de suite son lecteur : le nouveau directeur de la collection lui-même. Et Bernard Comment d'indiquer qu'il ne démarche pas les auteurs ; ce sont eux qui viennent à lui directement. Il insiste : « Je reste tout à fait ouvert aux propositions émanant de ma boîte aux lettres ».Derrière lui, une bibliothèque regroupe les 250 volumes de la collection. Sans oublier les parutions pour la prochaine rentrée littéraire. Forcément bien mises en valeur. Elles sont au nombre de quatre. Quatre titres seulement afin de ne pas nuire à leur visibilité dans les librairies, et de bien en assurer le suivi, parmi la déferlante toujours problématique des titres paraissant en septembre. Pour le reste, il sera toujours question de littérature française, de nouveaux auteurs, et de littérature étrangère."Une collection de collectionneurs"Pour Bernard Comment, la collection "Fiction et Cie" « est un investissement de la langue et de la forme ; elle est porteuse d'une pensée sur la littérature, plus que simplement narrative ». Depuis sa création, elle a su se renouveler, trouvant à chaque époque son public. Peut-être est-elle moins militante qu'à ses débuts en 1974, lors de la grande époque de Tel Quel mais, ajoute-t-il, « c'est aussi en quoi elle reflète son temps, la fin des grandes idéologies. » Surtout, "Fiction et Cie" est « une collection de collectionneurs, éloignée de la littérature formatée ».Depuis son arrivée, peu de changements au niveau de la ligne éditoriale. Le changement le plus notable sera visuel et aura lieu à la rentrée de septembre. Parmi les quatre titres à venir, le prochain Robert Coover sera protégé par une jaquette et désormais la fameuse couverture à fond blanc perdra son filet sous le nom de la collection, quand le genre littéraire sera grisé, et l'ensemble pelliculé mat.La double vie de BernardEn dehors du temps passé dans les bureaux du Seuil, Bernard Comment écrit. On lui doit entre autres Un poisson hors de l'eau (Le Seuil, 2004). Mais cela n'empêche d'aucune manière son travail d'éditeur. Au contraire, précise-t-il : « L'écriture aide. Ce peut être un obstacle si on ne sait pas se situer dans l'écriture, mais je sais ce que j'y cherche. Quand on écrit soi-même, on acquiert la pratique de devenir un autre ». Il lui faut donc « entrer dans la logique interne d'un texte avec le point de vue de l'auteur, pour repérer ses éventuelles faiblesses, d'une autre manière que celle d'un correcteur par exemple, qui voit de l'extérieur ».De toute façon, lorsqu'il s'agit de lecture, Bernard Comment ne connaît pas de compétition. Il n'est « ni le rival ni l'ennemi de quelqu'un qui aime la littérature ». Voilà donc comment ses multiples activités se règlent entre elles et comment la collection se bonifie ; dans l'alliance de noms connus - Fleischer, Sontag… -, de figures historiques - Pynchon, Hawkes… - et de grandes découvertes comme Maryline Desbiolles. Le changement dans la continuité en somme.Sébastien Lecordier et Delphine Maza- Revenir à l'introduction du dossier "Fiction et Cie"- Lire la chronique de La Nuit Cinéma (Eric Rondepierre)- Lire les mini-chroniques de la collection "Fiction et Cie"[Illustrations : 1. Bernard Comment - photo Didier Gaillard ; 2. Couverture du n°1 de la revue Tel Quel (1960)]

    Par Flu'x
    COMMENTAIRES
    Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
      Toutes les rubriques
      • Cinéma
      • /
      • Société
      • /
      • Livres
      • /
      • Télé
      • /
      • Musique
      • /
      • Expos
      • /
      • Photos
      • /
      • Forum
      articles les + lus
      • Cet artiste dessine sans jamais lever son stylo
      • L'élégance parlementaire : l'Assemblée nationale en 10 fautes de goût vestimentaire
      • Performance au Palais de Tokyo : il trouve une aiguille dans une botte de foin
      • Des expressions locales décalées illustrés en dessins
      • L'art au cinéma et dans les séries TV en 10 moments-clés
      • "Slavik est le SDF le plus branché du monde"
      • James Ellroy : Tout ce que vous devez savoir sur son prochain roman, Perfidia
      Les Derniers Tweets de Fluctuat