Beau livre, bd, érotisme ou essai : 5 livres à offrir pour Noël

13/12/2011 - 10h07
  • Partager sur :
  • 0

Crise oblige, nous avons repensé notre budget Noël à la baisse. Pas de gros livres qui coûtent chers et de produits superflus, juste du dispensable indispensable et de la haute valeur ajoutée technologique. S'il ne doit rester qu'un cadeau au pied de votre sapin de tricard, c'est un livre pardi ! Le seul cadeau qui défie la finance, et qui est susceptible d'éclairer la vie de vos amis, enfants et collatéraux.

Un beau livre : La Grande Aventure de la cartographie, éditions National Geographic, 39,90 euros

 

Coordonné par Beau Riffenburg, La Grande Aventure de la cartographie revient sur l'une des plus remarquables caractéristiques humaines : la liaison entre le plan et le déplacement dans l'espace. Chaque page fait revivre avec une concision et une érudition remarquables toutes les étapes d'un processus (des premières cartes au... GPS) qui a englouti des vies, entraîné d'immenses contresens (Colomb, l'Amérique etc) et souvent provoqué des guerres. C'est la carte qui fait l'homme et pas l'inverse.

 

Le livre est composé d'enveloppes de fac-similés, dont l'ouverture et la découverte restent des instants magiques pour les enfants comme pour les adultes. On trouve plusieurs cartes splendides dans ce livre et notamment (ce n'est pas la plus exotique) une des premières cartes accompagnant le cours de la Loire. C'est une pure merveille, verte et poétique comme le paysage qu'elle décrit. La police est somptueuse et chaque inscription comme tombée du ciel. Il faut se jeter sur ce livre, l'acheter, l'offrir ou se le faire offrir, plutôt que de s'embêter à prendre l'avion et à voyager comme des veaux de l'an nouveau. Ni décalage horaire, ni indigène agressif, juste du rêve et de la fantaisie.

 

Un livre illustré : Alan Moore, une biographie illustrée, de Gary Spencer Millidge, éditions Dargaud, 39,95 euros

 

Sans revenir dans le détail sur cette biographie et sa repoussante couverture (voir notre billet), il faut simplement rappeler qu'Alan Moore est l'un des plus grands scénaristes de bande dessinée de tous les temps et que ce livre est le meilleur hommage qui lui ait été rendu jusqu'ici. Très documenté, graphiquement proche de la perfection, fouillé, explorant chaque recoin d'une carrière maintenant riche de 40 années de loyauté (et coups de gueule) au monde des comics, la biographie illustrée d'Alan Moore est un vrai bonheur pour les amateurs du créateur des , de et autres Balade de Halo Jones.

 

Pour ceux qui sont des fans moins investis dans l'oeuvre de Moore, le livre est une bonne occasion de se mettre sur la piste de ses ouvrages les moins connus. On continuera d'oeuvrer sans relâche pour promouvoir la ligne ABC, Tom Strong en tête, Promethea et bien sûr la saga Top Ten dessinée par notre ami Gene Ha, fascinante et inépuisable.

 

 

 

Un essai : Homo sampler, d'Eloy Fernandez Porta, éditions Inculte, 22 euros.

 

On peut passer des fêtes intelligentes et tenter de réfléchir à des questions réellement stimulantes avant la purge intellectuelle (et présidentielle) que sera sans nul doute le premier semestre 2012. Au rang de nos priorités intellectuelles du moment : la question de la consommation et de sa structuration en divisions « produit ». Qu'est-ce qui fait qu'on attache telle chose plutôt qu'une autre ? Qu'est-ce qui fait que dans le monde de la culture contemporain, le pop est devenu à la fois élitiste et populaire ? L'essai du barcelonais Eloy Fernandez Porta est exemplaire à cet égard : les questions sont bonnes et les réponses encore meilleures. On parle marketing mais aussi inscription des produits dans un environnement socio-économique qui craque devant des phénomènes de mode tels que le primitivisme, le retour aux basics ou le trash.

 

Homo sampler est un cadeau à la fois cool, intelligent et en lui-même branché. La boucle est bouclée (lire notre critique d'Homo Sampler)

 

Un roman réédité : Une fille en hiver, de Philip Larkin, éditions Marchaisse, 20 euros

Oh bon sang, un bon vieux roman de 1957 pour le Noël 2011. Ils sont devenus fous ? Personne ne lit Philip Larkin chez nous et c'est vraiment dommage. Dans Une fille en hiver, on suit dans une sorte de remake administratif et contemporain (l'action se passe pendant la Seconde Guerre Mondiale) du Bonheur des Dames et d'un roman de Flaubert, les aventures en noir et blanc de Katherine, une jeune fille qui peine à fleurir. Larkin réussit un roman remarquable pour son ambiance et son formidable portrait de femme, sa simplicité et la précision de son réalisme social, avec deux fois rien.

 

Une fille en hiver est beau comme son titre, et sonne juste comme une chanson des Beatles. Le ton est délicieux, langoureux et l'ambiance propice à l'élévation des sentiments. Dickens n'aurait pas fait mieux que Larkin mais sûrement plus long et moins romantique. Pour 20 euros, Une fille en hiver est un miracle qui vous évitera d'acheter des romans à l'eau de rose et des best-sellers aseptisés.

 

 

 

Un cadeau Hi Tech : le Kindle d'Amazon, 99 euros

 

Le Kobo de la Fnac a beau être mieux foutu (Amazon sort bientôt ici son Kindle Fire), il ne faut pas cracher sur un petit Kindle car l'objet incarne le point « zéro » d'une technologie dont on ne pourra bientôt plus se passer. L'outil est embryonnaire : noir et blanc, avec des touches pas si agréables à presser. La lisibilité est bonne, mais la navigation difficile et peu naturelle... En fait, le Kindle est suffisamment mal fichu et incomplet (pas d'accès web, un clavier merdique) pour que notre esprit ne s'amuse pas à divaguer et à partir en vrille sur internet (maudites tablettes). Du coup, on reste concentré sur l'utilisation première du bidule : lire un livre, un seul et ne pas commettre la même erreur qu'avec le téléphone portable à sauter de bout de livre en bout de livre.

 

Pour 99 euros (5 et quelques pour le chargeur et 30 pour l'étui), le Kindle nous permettra d'entrer dans l'âge préhistorique du lecteur numérique, celui où le livre (on peut en mettre des milliers et des bons, des pdf payés, gratuits ou piratés au choix parmi une offre pléthorique) s'affiche encore en tant que tel et non pas comme un maelström de possibilités infini et insondable. Célébrons les derniers instants de la lecture en continu, du texte indivisible et du roman roi. Il faut bien les défauts du kindle pour réussir à s'astreindre à cette exercice démodé et vain qu'est la lecture. Hallelujah.

 

 

 

Un livre érotique : Les mauvais anges d'Eric Jourdan, édition La Musardine, 7,70 euros

 

Certains opportunistes essaieront de vous refiler un livre pop-up inspiré du Marquis de Sade comme un bon produit d'excitation, ou alors un énième bouquin de photos de Clara Morgane à poil sans poils. Passé le temps de la découverte et de la monstration aux amis, plus moyen d'en tirer grand-chose, alors que, pour 7 euros, vous pouvez espérer tenir des années avec Les Mauvais Anges d'Eric Jourdan qui ressortent après des années de circulation sous le manteau (l'ouvrage avait été interdit en 1955).

 

Petit classique de la littérature gay, tendance sexe et poésie, le roman assez bref raconte une histoire d'amour magnifique entre deux mecs (d'où le scandale d'époque). Le style de Jourdan a des allures de rédaction adolescente améliorée, facilitant l'incarnation et l'identification aux protagonistes poilus. Qu'on soit homme (bien sûr) ou femme, le livre fonctionne, se lit et se relit avec le même goût du mystère et du fruit défendu.

 

Par Benjamin Berton
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Une fillette de 8 ans reprend "Bang Bang" de Nancy Sinatra comme une grande
    • Les morts de Game of Thrones illustrées
    • Game Of Thrones : Sigur Ros reprend "The Rains of Castamere"
    • Coachella 2014 : le best-of vidéo en 5 beaux duos
    • Truth Facts : la banalité du réel en 10 infographies inventives
    • Déguisé en journaliste, Drake interview des passants à son propre sujet
    • Photos : les pionnières du tatouage
    Les Derniers Tweets de Fluctuat