Là où repose Robert Louis Stevenson

03/12/2009 - 17h22
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Benjamin Berton

Stevenson's grave

 

Au hit-parade des plus chouettes dernières demeures, l'écossais Robert Louis Stevenson peut se targuer d'avoir tiré l'un des endroits les plus poétiques et magnifiques de la planète littérature. Installé aux Iles Samoa en 1890, il y vivra quatre années pleines, parfaitement intégré aux populations locales dont il prendra même à quelques reprises et de façon courageuse la défense face aux colons allemands. Stevenson y gagne un surnom : Tusitala, le conteur d'histoires, qui lui va évidemment à ravir. L'air des Samoa apaise les difficultés respiratoires causées par la tuberculose mais n'empêche pas l'auteur de Dr Jekyll et Mister Hyde de succomber le 3 décembre 1894, soit il y a 115 ans tout juste. Sa tombe relevée d'une splendide épitaphe, tirée d'un des poèmes qu'il a composés lors d'un séjour à Hyères une dizaine d'années plus tôt, fait l'objet d'un pélerinage régulier des touristes internationaux.

 

La balade vaut le déplacement et les vidéos laissées comme des cailloux blancs sur la toile font sacrément envie. Le mausolée est bâti au sommet du mont Vaea sur l'île d'Upolu, à 472 mètres d'altitude. On raconte que le cercueil de Stevenson a été mené là par 400 guerriers Samoans le jour de l'enterrement. R.L.S n'aura vécu que 44 ans, ce qui est assez peu en soi mais beaucoup pour un type qui aura été toute sa vie poursuivi par la maladie. Son oeuvre est une longue fuite contre la mort et contre la souffrance. Elevé dans une famille plutôt aisée, Stevenson accompagne longtemps sa mère sur ses lieux de cure. Les Stevenson déménagent assez souvent pour soulager les problèmes de santé de celle-ci causés sans doute par l'humidité et la dureté des climats écossais. Le jeune Lewis lui emprunte son mal et ne s'en débarrassera vraiment jamais. C'est à lui (comme pour l'asthme de Proust) qu'on doit sans doute la naissance de l'écrivain : Stevenson, enfant, voyage un peu mais passe surtout de longues heures à récupérer et à lire. Il se fait raconter des histoires de pirates, d'aventures et de Mers du Sud. Adulte, il abandonnera une carrière toute tracée d'ingénieur constructeur de phares pour raisons de santé. Il se rabat vers le droit en espérant que cette profession lui laissera le temps d'écrire. Cela ne donnera pas grand chose.

 

En 1883, soit seulement une poignée d'années avant sa mort, il publie , qui reste un monument du roman d'aventures (pour enfants et grands adultes). Il enchaîne alors les chefs d'oeuvre à un rythme ahurissant : des nouvelles horrifiques, Jekyll et Hyde bien sûr, mais peut-être et surtout son grand oeuvre, le magnifique Maître de Ballantrae. Ce conte d'hiver se passe en Ecosse au XVIIIème siècle et peint l'affrontement sans merci et quasi fantastique entre deux frères ennemis. Le livre est bouleversant et synthétise tous les thèmes abordés par Stevenson dans son oeuvre : la mort, la gemellité ou la question des doubles, la vengeance. Sa prolongation des 1001 Nuits vaut aussi le détour.

 

Sur sa tombe, on peut lire ainsi les premiers vers du poème Requiem qui le résument assez bien, contemplatif et déterminé, volontariste et les yeux au ciel.

 

Under the wide and starry sky,Dig the grave and let me lie,Glad did I live and gladly die,And I laid me down with a will

 

 

 

Par Benjamin Berton
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Katerine se tire une balle de Magnum dans le pied
    • Le qui baise qui de Game of Thrones
    • Air mix : 3 DJs pris en flagrant délit
    • Une fillette de 8 ans reprend "Bang Bang" de Nancy Sinatra comme une grande
    • Photos : quand l'univers visuel de GTA V croise la réalité
    • Première Guerre mondiale : des collages de photos avant/après
    • Poème d'actu #10 : Joann Sfarkozy, le clash en cases
    Les Derniers Tweets de Fluctuat