Portail, un film de Nicolas Boone

02/03/2006 - 19h03
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Ophélie L.

    De prime abord, Portail a l'allure d'un film fait entre potes : alternance d'images filmées en caméra DV et super 8, costumes et accessoires très peu soignés. Le brin d'histoire montre des « morts-vivants » en imperméables beiges qui sortent de cercueils en carton. Tout ça est peu crédible me direz-vous. Il s'agit pourtant du 8e film du réalisateur Nicolas Boone. Ce film a malgré tout attiré mon attention sur quelques points. Tout d'abord, le DVD a la particularité de lancer la lecture aléatoire des scènes. Le film se construit indépendamment et échappe ainsi au réalisateur, tout comme au spectateur d'ailleurs. Il est autonome, incontrôlable, une sorte d'électron libre. Un autre élément me paraît déterminant : Nicolas Boone filme un film en train de se faire. La caméra super 8, un réalisateur qui donne des indications, un micro qui traîne, des rails de caméra, les éléments de construction du film sont visibles. Fait rare dans le cinéma, justement bien trop occupé à effacer toute trace de fabrication, une optique classique de la création. Le film de Boone, pour qui "le cinéma est mort", laisse apparaître la touche, le geste. Une curiosité.

    Par Ophélie L.
    COMMENTAIRES
    Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
      Toutes les rubriques
      • Cinéma
      • /
      • Société
      • /
      • Livres
      • /
      • Télé
      • /
      • Musique
      • /
      • Expos
      • /
      • Photos
      • /
      • Forum
      articles les + lus
      • Des œuvres d'art dans des pièces moches
      • Instagram : les incroyables armes saisies dans les aéroports US
      • Comment j'ai plongé dans le deep web à la recherche d'Aphex Twin
      • Omote : les mutations en temps-réel d'un sidérant maquillage virtuel
      • Oona & Salinger de Frédéric Beigbeder
      • Rassurez-vous : Hello Kitty est bien un chat !
      • Price, l'autre grand roman de Steve Tesich
      Les Derniers Tweets de Fluctuat