Robert Crumb et ses obsessions

04/05/2010 - 14h27
  • Partager sur :
  • 0
  • Le Sexe

     

    C'est l'évidence numéro un, celle dont on parle forcément dès qu'on évoque le nom de Robert Crumb. Alors oui, il aime représenter des fellations, des levrettes, des toupies japonaises et des positions plus incroyables aussi. Des nains qui rentrent entièrement dans des vulves géantes. Des femmes sans têtes utilisées comme jouets sexuels. Des familles incestueuses, des actes zoophiles, des éjaculations cosmiques et même des choses vraiment inavouables. Vraiment indescriptibles, en tout cas.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?

     

    © Robert Crumb

     

  • Le Blues

    Beaucoup plus respectable, la passion de robert crumb pour le blues est très largement connue : dans ses BD, il raconte souvent l'histoire de tel ou tel bluesman, ou bien il se représente, jeune homme à Philadelphie, frappant aux portes dans les quartiers noirs pour racheter des 78 tours oubliés dans les caves ou les greniers.La passion de Crumb pour la musique va bien au-delà du blues : sa collection de milliers de disques s'étend aussi au jazz, à la musique cajun, à la musette, la country... bref à toute la musique populaire, du moment qu'elle est pré-rock'n'roll.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?© Robert Crumb

  • Les femmes fortes

    On a souvent accusé robert crumb de sexisme. Pourtant, les femmes qu'il représente dans ses dessins sont toujours des femmes fortes, non seulement par le physique (l'idéal féminin de Crumb a de la poitrine, des fesses, des jambes comme des poteaux de foot et une carrure façon Mauresmo) mais aussi par la personnalité.Face à ces femmes fières, libres dans leur sexualité et leur profession, Crumb (ou ses alter-ego) n'est qu'un minuscule vers employé comme un un sex toy. Si à la fin elles finissent attachées ou soumise, ce n'est que parce qu'elles sont suffisamment fortes pour rendre poliment la réciproque, dans la joie et la bonne humeur.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?© Robert Crumb

  • La Vie, l'Univers, l'ordre cosmique...

     

    Robert Crumb n'a pas attendu de découvrir la Bible pour se poser des questions d'ordre cosmiques dans ses BD. Tout au plus a-t-il attendu sa première pastille de LSD dans les années 60 pour s'interroger sur la nature véritable de l'univers, de la conscience et de la libido.S'il a oublié toutes ses inhibitions sexuelles et sociales dans ses premières planches, il a introduit dès les années 70 de sombres introspections existentielles dans ses BD. Crumb y dialoguait déjà avec Dieu, ou du moins des entités cosmiques omniscientes et capricieuses.Ca ressemblait souvent à un bad trip... et a bien y regarder, sa aussi.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?

     

    © Robert Crumb

     

  • L'illustration

     

    Avec les années, robert crumb a développé une technique à la plume capable de rivaliser avec les vieux maitres de la hachure comme William Hogarth ou James Gillray.Aujourd'hui, les oeuvres de Crumb s'échangent à prix d'or entre amateurs d'art éclairés qui ne toucheraient même pas un Tintin en public, et ses carnets de dessins ont été publiés intégralement outre Atlantique par l'éditeur Fantagraphics. Robert Crumb vit d'ailleurs actuellement dans une villa dans le sud de la France, qu'il a échangé avec un passionné contre deux de ses carnets.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?

     

    © Robert Crumb

     

  • Le passé

     

    Ce n'est pas un hasard si la collection de disques de robert crumb s'arrête avant l'apparition du rock'n'roll. Pour lui, la culture populaire n'a fait qu'empirer depuis l'apparition de la radio.Il s'habille comme dans les années vingt, toujours un canotier sur la tête, joue de la mandoline et crache sur les hippies auxquels on l'a toujours associé.Dès les années soixante, quand le LSD et la révolution sexuelle l'avaient entrainé à San Francisco, il avait l'air d'un passéiste habillé comme son grand père. Les hippies ont fait de lui leur idole, il les méprisait.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?© Robert Crumb

     

  • Les races

     

    Si robert crumb a toujours été mal compris par les féministes, il a aussi beaucoup souffert d'accusations de racisme. Il faut dire que ses représentations de noirs façon boite vintage de banania rappellent de mauvais souvenirs à tout le monde, et ce ne sont pas des BD comme « When the niggers take over America » qui ont aidé.Il ne faut pourtant pas beaucoup plisser les yeux pour lire entre les lignes un exorcisme des spectres les plus répugnants de la conscience américaine mais allez expliquer ça à un black panther.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?

     

    © Robert Crumb

     

  • L'Amérique

     

    Fils d'un militaire patriote et violent, observateur halluciné et sceptique de la « révolution » des sixties, survivant d'une fratrie de fous, icône pop malgré lui... robert crumb est parti en France pour échapper au cauchemar américain, mais celui-ci n'a jamais cessé de le hanter., pour lui, n'était pas tant une occasion de parler théologie que de remonter à la source de tous les traumatismes fondateurs d'une amérique violente, sexuellement refoulée mais idéologiquement vindicative.Dans ce strip célèbre « a short history of America », il a décrit ce qui pour lui est comme une chute du jardin d'Eden qu'étaient les années 1920.Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?

     

    © Robert Crumb

     

  • Aline Kominsky

    Dans les années 1970, robert crumb rencontre Aline Kominsky, qui ressemble étonnamment à « Honeybunch Kaminski », l'un des nombreux personnages/objets de fantaisies masturbatoires de Crumb. Véritable personnification de l'idéal féminin de Crumb, Aline Kominsky est aussi auteur de BD underground, à la différence près qu'elle est une figure adorée des féministes mêmes qui détestent son futur mari.Mariés en 1978, Robert et Aline ont produit la série de Dirty Laundry Comics, où chacun dessine son alter égo de papier. Sur Flu : robert crumbLes Sex obsessions de Robert CrumbDossier : C'est quoi le graphic Novel ?© Robert Crumb

     

     

C'est bien connu, Robert Crumb est un obsédé. Pas seulement sexuel. Ses bd délirantes, dans lesquelles il se représente en misanthrope halluciné, révèlent ses hantises, ses fantasmes, ses idées fixes au sujet des Etats-Unis, des femmes, ou de l'univers...Alors que la galerie Martel consacre ce mois-ci une expo-restrospective à ses dessins très prisés, retour sur les principales obsessions de Crumb en 9 images.Exposition Robert Crumb. du 5 mai au 5 juin 2010.Galerie Martel. 17, rue Martel - 75010 Pariswww.galeriemartel.com

+ Tous les diaporamas
Les derniers diaporamas
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    articles les + lus
    • Les morts de Game of Thrones illustrées
    • Malaise : le clip de "Happy" de Pharrell sans la musique
    • Truth Facts : la banalité du réel en 10 infographies inventives
    • Photos : les pionnières du tatouage
    • Le secret des pyramides enfin révélé dans un amusant court-métrage animé
    • Damon Albarn : son album solo en écoute intégrale
    • Poème d'actu #11 : Qu'est-ce qu'un smicard ?
    Les Derniers Tweets de Fluctuat