Stretch : David Carradine et son fantôme

12/01/2011 - 16h39
  • Partager sur :
  • 0

 

Voilà un an et demi que David Carradine est décédé à Bangkok, dans de très étonnantes circonstances. L'acteur entamait la dernière ligne droite du tournage de Stretch, du français Charles de Meaux.Le film sort aujourd'hui en salles. On y aperçoit David Carradine 3 minutes chrono, dans le rôle d'un parrain lié aux triades de Macao. Mais le nom du comédien figure logiquement en bonne place sur l'affiche.

 

Charles de Meaux revient sur ce triste épisode : « Ce qui est étrange, c'est qu'avant même ce drame, tout le film parlait déjà de destin perdu, de disparition, de ce rapport à la mort, qui flotte. » Même s'il bénéficiait de plusieurs séquences avec David Carradine, le réalisateur a décidé de renforcer le côté fantômatique du personnage en ne lui laissant que deux courtes scènes au montage.« J'ai préféré le mettre le moins possible à l'écran. On tourne autour de lui, on parle de lui, mais c'est comme si c'était un personnage impossible à rencontrer. Il fallait mettre en scène cette absence plutôt que d'épouser la moindre image de lui. » Résultat : une surprenante utilisation du hors-champ, qui fait par exemple résonner la voix de David Carradine pendant que la caméra filme des escaliers vides.

 

Les premières secondes de Stretch sont encore plus troublantes puisqu'on entend à la radio que "l'acteur David Carradine est mort". Totalement déconnecté du reste de l'histoire, cette séquence tend à faire du film un hommage caché à la star de la série Kung Fu et de Kill Bill...

 

Itinéraire d'un jeune jockey français (Nicolas Cazalé) qui découvre l'univers trouble des courses hippiques de Macao, Stretch est malheureusement raté dans les grandes largeurs. Producteur et collaborateur d'Apichatpong Weerasethakul, Charles de Meaux ne retrouve jamais le charme de Shimkent hotel, réalisé en 2002.

 

Mais en flirtant souvent avec la série Z, Stretch fait finalement honneur à la filmographie de David Carradine qui, malgré des apparitions chez Martin Scorsese ou Ingmar Bergman, restera à jamais le prince des nanars transgenres, déviants et baroques.

STRETCH Extrait 3

- Lire notre portrait de David Carradine.

 

Par Damien Leblanc
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Al’Tarba est-il en train de devenir le RZA français ?
    • Sans musique, le "Chandelier" de Sia se transforme en clip d'horreur
    • Un excellent spot contre le cancer des testicules avec des cochons d'Inde
    • Un clip chinois déjanté rend hommage aux animaux de la ferme
    • Cet artiste dessine sans jamais lever son stylo
    • L'élégance parlementaire : l'Assemblée nationale en 10 fautes de goût vestimentaire
    • Des expressions locales décalées illustrés en dessins
    Les Derniers Tweets de Fluctuat