Quand le cinéma de Wes Anderson baisse les yeux

01/02/2012 - 11h10
  • Partager sur :
  • 0
L'auteur
Eric Vernay

 

On connaît bien le style de Wes Anderson. Raffiné, obsessionnel du détail, son univers étriqué mais bouleversant est un petit théâtre maniaco-dépressif dans lequel se déplacent des génies ratés, pantins mélancoliques cadrés dans des plans parfaitement symétriques. Bon. Mais aviez-vous remarqué que le réalisateur de La Famille Tenenbaum multipliait les plans subjectifs en plongée? Le motif est pourtant coutumier chez le texan. Un savant montage collecte ces nombreux instants, qui sont moins pour Anderson une manière un peu snob de regarder le monde de haut, que des moments d'introspection (musique, lecture), voire de détresse (suicide), ou au contraire des accélérations dans le récit, avec du mouvement, et des prises de décision. Ces séquences viennent épouser le regard des personnages, brisant furtivement l'ordre et la distanciation induite par les plans-vignettes usuels, tout en restant fidèle à une esthétique de l'équilibre et de la précision.

Lire aussi :

 

Moonrise Kingdom, bande-annonce de rêve pour le nouveau Wes Anderson

 

 

 

Par Eric Vernay
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Toutes les rubriques
    • Cinéma
    • /
    • Société
    • /
    • Livres
    • /
    • Télé
    • /
    • Musique
    • /
    • Expos
    • /
    • Photos
    • /
    • Forum
    articles les + lus
    • Les illustrations de livres anciens s'animent en GIF
    • Si les bouteilles d’alcool disaient la vérité
    • Quand George Orwell faisait la critique de Mein Kampf
    • Instagram : les incroyables armes saisies dans les aéroports US
    • Breaking Bad et Julia Louis-Dreyfus pour une pub Audi
    • Des œuvres d'art dans des pièces moches
    • L’été des voix bizarres : Peter Murphy, The Antlers, Lana Del Rey et autres monstres chantants
    Les Derniers Tweets de Fluctuat